TREIZIEME DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE DE L’ANNEE B

TEXTES: Sg 1, 13-15; 2, 23-24 / Ps 29(30), 2. 4-6. 12-13 / 2 Co 8, 7. 9. 13-15 / Mc 5, 21-43

PREDICATEUR: P. Martin KOTCHOFFA, SVD

THEME: Recherche et accomplis le bien

 

Bien-aimé(e)s dans le Seigneur, nous sommes au treizième dimanche du temps ordinaire de l’année B. Les textes liturgiques que l’Eglise, notre sainte mère, nous propose aujourd’hui nous invite à faire preuve de générosité les uns envers les autres. En d’autres termes, ils nous rappellent que la mesure de la sainteté est la charité. Notre attachement au Seigneur et à ses préceptes se vérifie, pour ainsi dire, à la qualité de notre charité. Une charité qui vise en tout temps et tout lieu le bien-être de l’autre.

 

C’est cette charité qui manque à satan. Il ne veut le bien-être de personne sauf de lui-même. Il est rempli d’orgueil et n’a de compassion pour personne. Tout ceci l’a éloigné de Dieu. Ainsi en est-il de toute personne qui emprunte son chemin, nous met en garde la première lecture. A vrai dire Dieu a toujours voulu que nous vivions dans l’amour fraternel. Et il nous a donné pouvoir de le faire. Car « Dieu a créé l’homme pour l’incorruptibilité, il a fait de lui une image de sa propre identité » (Sg 2, 23). Hélas, nos choix malsains à l’égard des autres créent tant de mal dans le monde. Oui, nos désirs orgueilleux d’être au-dessus de tous et de ne point reconnaitre Dieu en chaque être humain nous amènent à fermer nos cœurs et bras à la misère des autres. Et pourtant chaque être humain est une icône de Dieu qui a besoin de nous. Et Jésus nous dira que chaque fois que nous l’avions fait à l’un de ces plus petits c’est à lui que nous l’avions fait. C’est d’ailleurs pourquoi saint Paul dit avec insistance : « qu’il y ait aussi abondance dans votre don généreux » (2 Co 8, 7). C’est cette recherche du bien de l’autre qui motiva Jésus à se déplacer pour relever cette fille du sommeil profond qui l’avait emporté. Et lui-même, Jésus, dégageait et reflétait le bien. C’est pourquoi cette dame qui perdait du sang depuis des années fut libérée en touchant son vêtement. Bien-aimé(e)s est ce que nous reflétons et accomplissons le bien dans la vie des autres ?

Bien-aimé(e)s, nous pouvons changer la face du monde si nous le voulons véritablement. Il suffit juste de commencer par vouloir faire le bien et non le mal, de commencer par nous ouvrir aux autres en leur apportant de façon désintéressée l’aide dont ils ont besoin, de commencer par avoir et nourrir des pensées positives à l’endroit des autres. En agissant ainsi nous contribuerons à l’avènement du Royaume de Dieu parmi les hommes.

Bien-aimé(e) tu as ce pouvoir de transformation du monde entre tes mains. Tu as l’opportunité de transformer une vie aujourd’hui par l’aide que tu apporteras, par le sourire que tu offriras, par la prière que tu adresseras, par la proximité que tu manifesteras, par la pensée positive que tu nourriras envers l’autre, par le juste jugement que tu rendras, par l’équité dont tu feras preuve dans tes décisions d’aujourd’hui, etc. Dieu a tout remis entre tes mains pour que tu fasses de ce monde un lieu où il fait bon vivre et où le royaume de Dieu se révèle déjà.

 

Bien-aimé(e) si aujourd’hui tu entends la voix du Seigneur t’invitant à rechercher et accomplir le bien n’endurcis pas ton cœur. Amen

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.