DEUXIÈME DIMANCHE DU TEMPS DE CAREME DE L’ANNÉE B

TEXTES : Gn 22, 1-2. 9a. 10 -13, 15 -18/ Ps 115, 10. 15-19/ Rm 8, 31b -34/ Mc 9, 2-10

PREDICATEUR : P. Ludovic  AMOUZOU, SVD

THEME : Donne-toi à Dieu comme Dieu se donne à toi !

 

Le poète français Jean COCTEAU déclare au sujet du sacrifice « Il est indispensable de se sacrifier quelquefois. C’est l’hygiène de l’âme. » En termes plus simples, pour que notre âme soit en bonne santé, on doit se sacrifier à certains moments. Ce sacrifice peut nous concerner directement comme celui que Jésus révèle à ses trois disciples au mont Horeb dans l’évangile ou bien indirectement comme celui d’Isaac par Abraham dans la première lecture. Aucun de ses sacrifices n’est facile. Car aussi bien celui qui sacrifie son fils unique et celui qui se sacrifie donne tout et semble perdre tout. Mais, gardons la foi en Dieu le Père par Jésus le Fils et dans la force de l’Esprit-Saint parce qu’aucun de ces sacrifices ne sera vain : chacun d’eux produira des fruits d’éternité, nous rassure Saint Paul dans la deuxième lecture.

Bien aimés dans le Seigneur !

‘‘Aimer c’est tout donner et se donner soi-même’’ aime bien dire Sainte Thérèse de Lisieux. Car, pour oser sacrifier son fils unique, celui par lequel Dieu va accomplir sa promesse, comme Abraham l’a fait, il faut aimer Dieu par-dessus tout. Et, cet amour doit être manifesté par une foi en Dieu qui est la source de la bénédiction et non en la personne par laquelle Dieu va passer pour nous faire parvenir la bénédiction, pour accomplir sa promesse de bonheur dans nos vies. Abraham a osé adopter une telle attitude de foi qui est folie pour le monde mais une sagesse pour ceux qui mettent leur confiance en Dieu. A cause de cette semence de foi d’Abraham dans le champ de Dieu, grâce au don sans réserve d’Isaac la seule consolation de sa vie et la garantie de son avenir, Abraham a reçu de Dieu pour lui toutes les bénédictions possibles venant de Dieu et Dieu lui-même, de surcroît.  C’est une leçon pour nous qui croyons avoir déjà tout donné à Dieu et que nous n’avons plus rien à lui offrir. Dieu veut le don chaque jour de toute notre vie. Ou bien, n’avons-nous pas appris à la catéchèse que l’on ne répond pas ‘AMEN’ lorsqu’on baptise une personne au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit parce que c’est toute sa vie et sa vie de chaque jour qui est la réponse à ce don d’être enfant de Dieu ? Notre vie individuelle, de jeunes comme d’adultes, de célibataires comme de couples, d’élèves comme de travailleurs doit être un ‘OUI’ sans cesse renouvelé à Dieu, un ‘OUI’ à assumer jusqu’à l’oblation de sa vie pour Dieu, jusqu’au sacrifice suprême de sa personne pour son plan de salut pour toute l’humanité.

Chers frères et chères sœurs en Christ !

« Il n’y a de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » (Jean 15,13) avec la compréhension d’amis comme ceux auxquels le Seigneur Jésus a fait connaitre tout ce qu’il a appris de son Père (Jean 15,15). Qui parmi les disciples sont les plus proches collaborateurs, les meilleurs amis de Jésus durant son ministère sinon Pierre, Jacques et Jean que celui-ci introduit dans l’intimité de son Père en leur révélant l’oblation de sa personne qui sera couronnée par sa résurrection d’entre les morts.

Se donner à Dieu et le faire constamment dans sa vie n’est chose facile. Car il y a les hauteurs de la gloire et les vallées des épreuves, des souffrances qui s’entremêlent. Marthe Robin disait : « l’âme est comme la terre, il faut qu’elle soit déchirée pour être féconde. » En effet, cela est salutaire pour notre âme. Nous sommes dans le temps fort du carême, temps pendant lequel nous devons nous élever un peu plus des besoins du corps en vue d’œuvrer pour l’hygiène de notre âme qui passe aussi par celle du corps, et ceci en vue de la victoire définitive et finale sur la souffrance, la mort et le péché. Mieux encore, Jésus prend soin de nous montrer qu’avec Dieu la victoire finale est déjà acquise et assurée, pourvu que nous gardions notre attention fixée sur notre suprême objectif et que nous nous donnions les moyens indispensables pour l’atteindre. N’est ce pas ce que nous déclare la deuxième lecture de ce deuxième dimanche du temps de carême ?

Chers amis dans le Christ !

Pour toute personne créée par Dieu et avec le souffle de Dieu, le but suprême est l’union totale avec son Créateur, la source de sa vie, union que nous pouvons appeler paradis ou vie éternelle. C’est justement en vue de cette union totale et définitive que Jésus nous prend, à travers Pierre, Jacques et Jean, pour nous plonger dans la gloire qui nous attend après les tribulations, les afflictions et persécutions de ce monde. Car, Dieu se donne sans réserve et pour toujours et à tous/ toutes à travers Jésus-Christ, son fils bien aimé. Tout ce que Dieu nous demande pour être victorieux (e) consiste non seulement à être avec son Fils mais surtout à vivre pour lui.

Chrétienne ma sœur, chrétien mon frère ! Vis-tu vraiment pour le Seigneur ? Peux-tu nommer trois manières par lesquelles tu exprimes le don de ta vie pour Dieu, ton engagement pour l’Eglise, ta proximité avec la veuve, l’orphelin et l’étranger ? Quelles résolutions pratiques et quels exercices spirituels dois-je m’imposer pour qu’à travers l’hygiène spirituelle de mon Etre et de mon agir, mon âme puisse s’élever davantage vers Dieu, devenir un Christ pour l’autre et m’unir définitivement à Dieu ?

 

PRIÈRE :

Seigneur Jésus ! Toi à qui le Père nous a donné, toi seul par lequel nous pourrons aller vers le Père, Aide-moi à me donner toujours plus généreusement à toi avec une totale confiance en dépit des vents contraires qui soufflent dans ma vie ! Libère mon esprit et mon corps des méandres du péché dans lesquelles ils peuvent se trouver afin que mon âme, comme un oiseau, échappe au filet de l’oiseleur et s’élève vers Toi. Je suis Tout à Toi, je veux être Tout à TOI. AMEN

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.